Les alicaments ou médicaliments

Les alicaments, encore appelés médicaliments, désignent les produits qui se veulent le croisement des domaines de l’alimentation et de la santé. Inventé par les magnats de l’agro-alimentaire,

Les alicaments ou médicaliments

Les alicaments, encore appelés médicaliments, désignent les produits qui se veulent le croisement des domaines de l’alimentation et de la santé. Inventé par les magnats de l’agro-alimentaire, le procédé de l’alicaments est d’intégrer un quelconque nutriment curatif ou préventif, même à petite envergure, d’une ou plusieurs maladies, dans un aliment de consommation fréquente.

Il faut savoir déjà que même si les études qui aboutissent à l’élaboration de ces produits sont sérieuses, celles-ci ne passent pas par contre par les suivis et études appliqués aux médicaments, et ce ni avant ni après leur mise en disponibilité. De plus ces produits échappent, par des péripéties juridiques, à l’aval de l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments). Cette parade est très simple : ces produits, les alicaments, seraient obligés de passer par l’AFSSA s’ils veulent signaler qu’ils contiennent du dit nutriment en quantité suffisante pour prétendre avoir un effet significatif. Or la plupart des produits dits "alicaments", prennent bien soin de préciser juste qu’ils contiennent bien un nutriment, qui aide dans tel ou tel domaine de la santé, et de corréler tout effet significatif à un taux plus ou moins élevé de sensibilité pour chaque sujet particulier.

Donc avant de croire aux vertus soit disant bénéfiques pour le transit intestinal, pour la réduction du cholestérol, ou encore la fixation des vitamines sur les os, sachons que les effets nettement bénéfiques des alicaments ne sont pas prouvés. L’INRA assure que les recherches actuelles ont aidé à mettre en évidence les relations physiologiques entre le métabolisme humain et le mécanisme de l’alimentation. Seulement, l’effet d’un quelconque nutriment est non seulement lié à l’ordre et le moment ou il est ingéré, mais aussi à la nature des autres nutriments ingérés. D’où l’éternelle recommandation « associé avec une alimentation équilibrée ».

Cependant, aujourd’hui, certaines études sont en cours pour le développement d’alicaments, mais sur un point non plus markéting, mais purement médical. Par exemple certaines études sont élaborées pour produire, suite à une modification génétique, des vaccins contre quelques maladies. On compte déjà une variété de bananier qui arrive à coder des protéines, qui ont un rôle prépondérant dans l’immunité des enfants contre la plupart des virus (ou bactéries) responsables de la gastro-entérite. De plus, ces types de plantes ont une production adaptée aux pays chauds, qui sont souvent du tiers monde, où justement des maladies comme la gastro-entérite causent encore beaucoup de décès.

Alors, si vous voulez baisser votre taux de cholestérol, la première chose à faire est surveiller votre consommation de graisse au sein de votre alimentation, dans la préparation de vos plats, de ne pas abuser d’alcool, et de faire du sport. Avaler un alicamentne va pas résoudre votre problème à lui seul.

Des œufs riches en Oméga 3 ? Pourquoi pas manger du poisson tout simplement comme depuis plusieurs décennies ? De plus il y’a beaucoup moins de cas d’allergies. Boire un yaourt riches en vitamines A ou C ? Mieux vaut manger un fruit qui contient plusieurs vitamines, à l’interaction évidente, plutôt que d’isoler un type particulier de vitamines, au risque de diminuer voire d’annuler ses effets.


vendredi 18 janvier 2008 , par Fabrice S.

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages