L’anti-gymnastique®, késako ?

Afin de réveiller certaines zones endormies de notre corps, nous avons besoin de plus qu’un simple massage ou d’un éveil sensoriel. Depuis les années 70, une nouvelle méthode appelée anti-gymnastique® est devenue une solution miracle.

L’anti-gymnastique®, une autre forme d’éducation somatique

Associée à diverses approches, l’anti-gymnastique® fait partie de l’éducation dite somatique. Cette pratique corporelle préventive est réalisée dans le but de connaitre et mieux comprendre les fonctionnalités du corps humain. En plus de l’éveil sensoriel, une des composantes du traitement, les expressions corporelles, les paroles et les émotions jouent aussi leur rôle. L’anti-gymnastique® est avant tout une forme d’éducation, sachant qu’à tout moment de la vie, le corps humain peut perdre certaines de ses facultés. L’approche somatique de l’anti-gymnastique®, quant à elle, est une intervention de la personne dans le but de comprendre et contribuer à l’évolution de son corps.

Se détendre et connaitre son corps : deux points forts de l’anti-gymnastique®

L’anti-gymnastique® vise à priori à délier tous les muscles du corps pour se débarrasser des nœuds responsables des douleurs musculaires et des difformités corporelles. Vous pouvez ainsi avoir une meilleure silhouette bien droite et retrouver la flexibilité dans vos mouvements. Mais parallèlement, il s’agit de sentir toutes les interactions du corps vers un équilibre des muscles. L’idée est que le corps retrouve sa stabilité et que la personne soit tout à fait à l’aise dans ses mouvements. Toutefois, elle ne se limite pas à de simples mouvements de remise en forme, mais prévoit aussi des pratiques d’évaluation.

Déroulent d’une séance d’anti-gymnastique®

À part les séances de rééquilibrage musculaire qui se pratiquent en solo, l’anti-gymnastique® se réalise le plus souvent en groupe. Dans ce cas, on entre dans une expérience révélatrice. Les yeux fermés, chaque personne fera son autoportrait en partageant les perceptions qu’il a de son corps. Ensuite, le praticien s’adresse à chacune des personnes présentes et recueille les « chardons » ou les faiblesses pour les transformer en « roses » ou les réalités musculaires. Il termine en ranimant les points clés des tensions à l’aide de petites balles dures en liège par exemple, afin de dénouer le corps et restaurer la confiance en soi.

jeudi 9 mai 2013 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages