Le zui quan, la boxe de l’homme ivre

Style martial original, le zui quan met à l’honneur un personnage en état d’ébriété, effectuant à la perfection des enchainements de Kung Fu.

Le zui quan, la légende des huit immortels

Le zui quan, traduisible par boxe de l’homme ivre ou poing ivre, est un style martial décrit pour la première fois dans l’ouvrage Quanjing Quanfa Beiyao, au XVe siècle de notre ère. Le style martial serait inspiré d’une forme ancienne de boxe nommée zui wu. L’art martial serait inventé par huit taoïstes, dont sept hommes et une femme. Artistes, voyageurs et penseurs, les huit immortels sont des hommes qui, en cheminant avec persévérance sur la voie du Tao, acquièrent des pouvoirs magiques. Ils avaient entre autres le pouvoir de faire revenir les morts à la vie, de traverser les vagues et les flots, de reconnaître avec précision les vertus des plantes médicinales... En un mot, ils ont atteint le but ultime du taoïsme qui est la découverte des secrets de l’immortalité.

Les huit immortels sont des maîtres émérites du zui wu. Aucun document ne mentionne s’ils ont été des alcooliques ou s’ils se sont contentés de mimer l’ivresse afin de tromper leurs adversaires au combat. Titubant tout en jouant de sa flûte, Han Xiangzi met en difficulté ses opposants au cours d’un combat. Utilisant comme arme son tambour cylindrique, Zhang Guolao terrasse en peu de temps ses adversaires. Cao Guojiu se sert de ses tablettes de jade lors des combats. Tieguai Li manie avec dextérité sa gourde et sa canne. Zhongli Quan transforme en arme redoutable son éventail. Lan Caihe se sert d’un panier en bambou, He Xiangu, d’une louche et bois et Lü Dongbin, d’une épée.

Le zui quan, un art martial spectaculaire

Le zui quan est une discipline martiale cachant sa nature destructrice dans un état d’ébriété simulé. Afin que les enchaînements soient riches et efficaces, les pratiquants du zui quan sont tenus d’apprendre les enchaînements caractérisant le style de chacun des huit immortels. L’art martial a été vulgarisé en occident par les films « Drunken Master » et « Drunken Master II » dans lesquels Jackie Chan démontre, avec la dextérité d’un maître, l’efficience du style lors d’un combat contre un ou plusieurs adversaires. Contrairement à ce qui est montré dans ces films cependant, le pratiquant du zui quan n’a nullement besoin de boire de l’alcool pour la pratique de la discipline.

Durant l’Antiquité, des personnes malintentionnées faisaient boire de l’alcool aux moines Shaolin effectuant régulièrement des achats pour la communauté. Une fois que le moine était ivre, elles en profitaient pour le dépouiller de ses biens. Afin de protéger les moines, les maîtres du temple ont décidé de leur enseigner la boxe de l’homme ivre. Style spectaculaire, le zui quan est très apprécié par les passionnés d’arts martiaux dans le monde. Il renforce le corps et le mental. Il développe la souplesse et l’équilibre. Il est également une approche self-défense de choix. Cela, puisque l’adversaire est souvent amené à mésestimer les ressources du pratiquant du zui quan en raison de son état d’ébriété simulé.

vendredi 20 mai 2011 , par Articles santé beauté

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages