Automédication : quelles sont ses limites ?

Pratiquement tout le monde pratique ou a fait l’automédication. C’est simple, ça marche bien souvent, alors, on continue. Mais l’automédication comporte des risques, trop grands pour qu’on les ignore. En voici un aperçu.

Comment en est-on venu à autant d’automédication ?

Tout simplement parce qu’il y a une quantité importante de médicaments que l’on peut acheter librement en pharmacie, environ 300 à ce jour. Autre raison, quand on ne jouit pas de la proximité d’un médecin, on préfère se soigner tout seul. Ou encore, le mal semble trop superficiel, les symptômes et la douleur trop légers pour justifier une consultation. Et surtout, Internet et des magazines spécialisés donnent une telle masse d’informations que l’on se croit capable de se soigner tout seul, comme un grand.

Mais où est le problème avec l’automédication ?

Ce qu’il faut admettre avant tout, c’est qu’on n’est pas professionnel en la matière, et on ne sait pas toujours comment on réagira à tel ou tel médicament. Par exemple, avouons qu’on ne lit pas consciencieusement chaque notice des médicaments qu’on a ou qu’on achète. On connait à peu près leurs effets et on s’en contente, alors que les notices donnent des renseignements précis sur les composants, la toxicité, les dangers de certaines interactions médicamenteuses, les effets secondaires, les risques d’allergies et des « détails » qui n’en sont pas, puisqu’on parle de notre santé là, donc de notre vie.

Quels sont ces dangers ?

Même pour les médicaments qui paraissent inoffensifs comme le paracétamol, l’ibuprofène ou les pastilles pour la gorge, il y a un risque de dépendance ou d’abus, ce qui est toujours nocif. Avec l’automédication, des allergies ou d’autres maladies peuvent aussi se déclencher, et cet acte peut masquer les symptômes d’une pathologie plus profonde, plus grave nécessitant un vrai diagnostic et un traitement rapide et efficace.

Que faire alors ?

De l’automédication, oui, mais sur les cas les plus bénins, et jamais d’excès ni sur une longue durée. Toujours lire avec application chaque notice, et lorsqu’il s’agit des enfants, des femmes enceintes et des personnes âgées, plus vulnérables et plus fragiles, il est préférable de consulter, ou au moins d’appeler un médecin ou un pharmacien.

lundi 8 février 2016 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages