Lutter contre le baby-blues : quelles solutions ?

Les réactions des jeunes mamans ne sont pas toutes les mêmes et il arrive que certaines aient du mal à supporter leur nouvelle condition de vie, à la suite d’un accouchement : c’est le baby-blues.

Le baby-blues : définition

Le baby-blues ou la dépression périnatale est un état qui concerne de nombreuses femmes. Il est principalement dû aux différents changements qui surviennent dans la vie de la nouvelle maman qui fait alors une dépression passagère le temps de s’y accoutumer. Cette dépression peut survenir avant l’accouchement, lorsque la future mère est confrontée à divers types de problèmes liés au couple, à la famille ou aux conditions de vie. Mais généralement, c’est après l’accouchement que les femmes sont confrontées au baby-blues. Lorsqu’elle est très courte, elle dure en moyenne trois jours, et commence le deuxième jour de la naissance du bébé. Elle se sent alors dépassée par la situation, enchainant des crises de pleurs et de l’hyperémotivité.

Le baby-blues : un frein pour l’épanouissement

Par la suite, il est possible que le trouble devienne une dépression post-partum et durer plus longtemps, voire plusieurs mois. Cela est toujours expliqué par la sensation d’incompétence de la mère face au bébé, les cris, les pleurs ainsi que les nouvelles responsabilités. À ce moment, il convient de consulter un spécialiste dans la mesure où ce type de dépression peut s’étaler sur plusieurs années s’il reste négligé. Le baby-blues constitue alors un frein à l’épanouissement de la mère, mais aussi du bébé, qui ressentira un manque d’affection dans un premier temps, mais également des problèmes de croissance dus à des troubles divers au niveau du sommeil ou de l’alimentation.

Le baby-blues : comment lutter efficacement ?

Il faut alors comprendre que le baby-blues n’est pas un caprice de la jeune mère. Il s’agit d’un état psychologique qui mérite d’être pris en charge et non une simple baisse de moral. Le meilleur moyen de lutter contre le baby-blues est de bien se préparer aux futures responsabilités et conditions qui attendent la nouvelle maman. Les autres points importants sont de la soutenir dans ses craintes, de l’aider à combattre ses appréhensions et de bien l’entourer, avant, pendant et après l’accouchement. Si le trouble ne semble pas s’améliorer, il est nécessaire de consulter des spécialistes. La sophrologie se tourne également vers ce problème et offre des solutions thérapeutiques plus douces que la psychiatrie générale.

mardi 15 novembre 2011 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages