Comment choisir une bonne huile essentielle

Généralités :

Certaines plantes dites aromatiques synthétisent et stockent des essences dans leurs tissus. Ces essences sont des substances liquides et odorantes, composées de molécules de petites tailles qui permettent à la plante d’attirer les insectes pollinisateurs ou de repousser des prédateurs herbivores.

Mode d’obtention des huiles essentielles :

Les huiles essentielles proviennent de la distillation de ces plantes aromatiques (distillation généralement à la vapeur d’eau) lors de cette distillation, les poches à essence se brisent et libèrent leur contenu qui est entrainé par la vapeur d’eau). On obtient alors 2 produits : l’huile essentielle et l’hydrolat aromatique (composé de de l’eau de distillation et d’une partie des molécules aromatiques (moins de 5%)).

La composition de l’huile essentielle obtenue est différente de celle de l’essence contenue dans la plante : certaines molécules sont décomposées, d’autres sont oxydées...

Les termes essences et huiles essentielles désignent donc des substances différentes.

Pour les agrumes, la distillation ne permet pas de libérer les essences enfermées dans une peau très résistante : le zeste. On extrait les essences par une méthode différente : l’expression. On obtient alors une essence d’agrumes (citron, mandarine, bergamote, pamplemousse, cambava...)

Seules les molécules volatiles entrainées par la vapeur d’eau sont présentes dans l’huile essentielle. Les molécules "lourdes" restent dans le tissus végétal.
Formidables concentrés de molécules aromatiques, les huiles essentielles ont fait la preuve de nombreuses propriétés thérapeutiques : anti-infectieuse, antibactérienne, anti-mycosiques, antivirale, antispasmodique, relaxante, antalgique, anti-inflammatoire, fluidifiante, cicatrisante...

Les critères de qualité d’une huile essentielle

La qualité d’une huile essentielle ne dépend pas uniquement de la qualité du produit fini mais aussi de la plante sécrétrice.

Ainsi il est important de :

• définir d’une manière précise la plante à l’origine de l’huile essentielle généralement la dénomination botanique spécifique de la plante avec le nom en latin (genre suivi de l’espèce ex : Eucalyptus Citriodora différent de Eucalyptus radiata)

• Définir l’origine géographique de la récolte de la plante : L’huile essentielle issue d’une plante sera différente en fonction du biotope de cette dernière. Ainsi, une même plante cultivée dans des pays différents produit des huiles essentielles de composition et donc de propriétés différentes. Les variantes seront donc : la terroir, l’altitude, la température, la pluviométrie, l’ensoleillement, la richesse du sol...On définira ainsi la spécificté biochimique ou chémotype d’une huile essentielle correspondant à un résumé des molécules qui lui confèrent ses propriétés thérapeutiques. Le thym est une plante aromatique dont l’huile essentielle sera différente en fonction du lieu de sa récolte

• Définir l’organe utilisé de la plante : le plus bel exemple sera le Bigaradier chez lequel on va extraire une huile essentielle différente en fonction de la partie de la plante utilisée : en distillant la feuille, on va obtenir l’huile essentielle de bigaradier petits grains et en distillant la fleur, on obtient de l’huile essentielle de Néroli

Il est donc important de choisir une huile essentielle de qualité en ayant le chémotype voulu et en s’assurant auprès du fournisseur du mode de culture des plantes aromatiques (sans désherbants ni insecticides)

mardi 22 mars 2011 , par OTISSOT

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages