Le dédoublement de personnalité : une maladie difficilement explicable

Maladie psychologique assez rare, le dédoublement de personnalité demeure difficilement explicable. Lumière sur cette maladie de l’âme à même d’altérer l’harmonie existentielle de l’individu.

Les causes du dédoublement de personnalité

Le dédoublement de personnalité reste une maladie psychologique touchant peu de personnes dans le monde. Mais pour ceux qui en doutent encore, cette maladie existe réellement. Elle est souvent diagnostiquée chez les sérial-killers, lors d’une expertise psychologique dans le cadre d’une enquête criminelle. Le dédoublement de personnalité n’est pas similaire à la schizophrénie, ni aux troubles de personnalité multiple. Deux entités coexistent chez les personnes atteintes : le moi conscient et « l’autre moi » né de l’inconscient.

Le dédoublement de personnalité découle essentiellement d’une faible estimation de soi cultivée depuis l’enfance. En plus du « moi réel », la personne façonne progressivement une autre identité dans son subconscient à savoir « le moi tel qu’il aurait pu être ». Dans les moments de faible résistance face à la censure sociale, le moi inconscient se manifeste et se substitue violemment au moi réel. La personne revêt alors une autre identité. Elle devient plus extravertie, plus audacieuse et souvent plus sadique.

Le dédoublement de personnalité : manifestation et traitement

Un individu victime de dédoublement de la personnalité mène indéniablement une double vie sans le savoir. Le moi réel est capable de mener une vie socialement correcte. Par contre, le moi inconscient viole les lois et les mœurs et assouvit les désirs inconscients de l’individu, même les plus extravagants. Beaucoup de tueurs en série seraient des personnes victimes de dédoublement de la personnalité. Le dédoublement de la personnalité peur s’avérer dangereux. Il apparaît logique de le classer parmi les maladies psychologiques.

Le dédoublement de personnalité ne peut se soigner que par une thérapie régulière et rigoureuse. Puisque la personne concernée n’est pas à même de reconnaître sa maladie, le devoir de l’amener chez un thérapeute incombe à sa famille et à ses proches. Le praticien s’attèle avant tout à faire manifester l’autre moi lors de la thérapie. Une fois que la maladie est diagnostiquée, il est possible d’éliminer progressivement le moi néfaste, via des approches comme l’hypnose ou encore la psychanalyse. Des antidépresseurs sont également prescrits dans la mesure où le moi inconscient de l’individu se révèle agité et violent.

jeudi 28 janvier 2010 , par Articles santé beauté

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages