Mon enfant est-il surdoué ou précoce ?

« Surdoué », « précoce », « en avance », ... on se demande souvent si notre enfant fait partie de ces catégories. Même s’il a de bons résultats en classe, ce n’est pas suffisant pour se prononcer. Une analyse plus poussée est nécessaire.

Les signes de l’enfant précoce ou surdoués

On parle d’enfant surdoué quand celui-ci, à un âge donné, présente un développement intellectuel supérieur à celui d’autres enfants du même âge. L’enfant au quotient intellectuel (QI) élevé conservera cette caractéristique tout au long de sa vie. L’enfant surdoué se distingue des autres depuis son plus jeune âge.

Étant bébé, il est très éveillé. Généralement, il arrive à marcher sans trop de difficulté au cours de sa première année et il parle très bien avant ses 2 ans. Il apprend aussi à lire très tôt et cela, sans trop de difficultés. Il a toujours une certaine longueur d’avance sur les autres. Il est très curieux et assoiffé de connaissance. Il ne cesse d’ailleurs de poser des questions sur divers sujets. Dès son plus jeune âge, il se découvre une passion parfois plutôt surprenante. Cela peut être le domaine du métaphysique, le système solaire, ...

Dans un premier temps, cela peut paraître anodin pour les parents mais à un certain stade, il va falloir être plus attentif à l’évolution de ces signes. Il faut savoir que la précocité ne rend pas la vie de l’enfant aussi facile. Cette caractéristique touche essentiellement ses capacités intellectuelles mais sur les plans affectif et psychomoteur, c’est tout autre chose. C’est pour cela que de nombreux désagréments accompagnent l’enfant précoce : troubles du sommeil, troubles du comportement (anxiété, hyperactivité, repli sur soi, ...), problèmes relationnels, troubles psychomoteurs et alimentaires. Ces signes doivent alerter les parents et avoir recours à un psychologue est alors nécessaire pour être fixé.

Les mesures à envisager pour votre enfant précoce

Plutôt que de tirer des conclusions hâtives et pour en avoir le coeur net une bonne fois pour toute, une détection médicale est indispensable. L’avis d’un psychologue permettra de confirmer ou d’infirmer la précocité d’un enfant. L’enfant doit en effet passer plusieurs tests afin d’avoir une idée plus concrète sur son état intellectuel. Un unique test de QI n’est pas suffisant pour confirmer une précocité. Pour information, on peut parler d’enfant surdoué à partir d’un QI de 125.

Chaque enfant est unique et le psy prendra évidemment compte de son milieu familial et scolaire pour établir un diagnostic. S’il s’avère en effet que votre enfant est surdoué, il faudra penser à des solutions plutôt spécifiques afin de mieux l’encadrer et l’aider à s’épanouir pleinement. Intégrer une association spécialisée peut se révéler d’une grande aide. Votre enfant se sentira plus en confiance et plus à l’aise en rencontrant des enfants dans le même cas. De plus, vous aurez l’occasion de partager vos expériences avec d’autres parents et de trouver des solutions efficaces.

Si vous pensez faire sauter une classe à votre enfant, le mieux est d’abord d’en parler avec son enseignant et avec un psychologue. Une évaluation de la situation est nécessaire devant une telle décision. Même si votre enfant est précoce, il ne faut pas le pousser à se consacrer uniquement à ses études. Il doit pouvoir grandir « normalement », comme les autres enfants, entouré d’amour et ayant des loisirs avec ses amis. En général, il est très sensible et a un grand besoin d’affection. En tant que parent, vous ne devez jamais le négliger sur ce plan.

jeudi 15 janvier 2009 , par Articles santé beauté

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages