huile d’argan, production familiale marocaine d’huile d’argan.

En vendant l’huile d’argan des femmes dans le sud marocain s’assurent un revenu qui leur permet de vivre dignement et contribuent à la préservation d’une arganeraie aujourd’hui menacée par la désertification.

Bonjour, je représente une petite production familiale marocaine d’huile d’argan BIO certifié AB et ECOCERT alimentaire et cosmetique à des prix intéréssants je suis à la recherche d’acheteurs ou de revendeurs.

En vendant l’huile d’argan des femmes dans le sud marocain s’assurent un revenu qui leur permet de vivre dignement et contribuent à la préservation d’une arganeraie aujourd’hui menacée par la désertification.

Pour plus d’informations contactez moi par email bouziane200@hotmail.fr ou par téléphone france 0610926671 ou maroc 0021252584511 merci


Intérêt de l’huile d’argan pour la santé

L’huile d’argan constitue une source de lipide non négligeable et comme nous l’avons vu dans la
première partie, le rôle alimentaire des lipides n’est plus démontrer surtout dans les pays en voie de
développement où il existe déjà une carence en protéines très marquée.
Le vieillissement est en partie dû à une oxydation des composants de nos cellules qui se retrouvent
alors avec des " radicaux libres ". Les anti-oxydants luttent contre ces radicaux libres. Il faut
quotidiennement apporter à l’organisme des agents anti-oxydants qui s’opposent au vieillissement
des cellules et des vitamines qui favorisent le renouvellement cellulaire.
Notre organisme ne produit pas naturellement les acides gras essentiels. Ces acides gras se
trouvent majoritairement dans les huiles végétales mais rarement également répartis.

La composition de l’huile d’Argan est l’une des plus équilibrées. L’huile d’Argan à une combinaison
unique de principes actifs avec 50% d’acides gras mono insaturés et plus de 30% d’acides gras polyinsaturés,
très riche en Gamma Tocophérols et Alpha Tocophérols, ces derniers sont essentiels pour
la santé de nos membranes cellulaires à contrario des acides gras saturés qui la rigidifient.
L’huile d’Argan contient à très haute dose de la Pro-Vitamine E associée à du Béta-Carotène
reconnus comme étant des anti-oxydants majeurs.

Les acides gras :

Les acides gras à chaînes moyennes C6, C8, C10, C12 sont absents dans l’huile d’argan et de ce fait
cette huile ne peut être conseillée dans les régimes ou ces acides sont recommandés notamment au
cours des affections du tube digestif où ces acides peuvent être absorbés sans hydrolyse préalable.
La présence de l’acide palmitique permet de conseiller cette huile pour les obèses du fait que cet
acide entraîne des dépôts adipeux moins important que chez les personnes nourries avec d’autre
graisses.

La présence de l’acide oléique avec un taux élevé conféré à l’huile d’argan des propriétés diététiques
intéressantes.

En effet, des travaux récents (39, 41) ont confirmé que cet acide bien absorbé et métabolisé par
l’organisme aurait aussi des propriétés anti-atherogènes.
Nous avons expliqué dans la première partie le rôle de l’acide linoléique. Rappelons que la carence
en cet acide provoque un arrêt de la croissance, ainsi que des lésions cutanées dues à des
variations de la perméabilité des membranes cellulaires, cet acide se trouve essentiellement en
position 2 des phospholipides des membranes biologiques et des mitochondries, par ailleurs une
grande partie du cholestérol plasmatique est estérifiée par l’acide linoléique. L’huile d’argan peut
être conseillée chez les patients présentant un risque d’athérosclérose. Rappelons aussi que l’acide
linoléique est précurseur des prostaglandines.

Structure Glycéridique :

Du fait de la prédominance des triglycérides insaturés dans cette huile, elle serait bien tolérée donc
de point de vue digestibilité, l’huile d’argan serait bien absorbée.

Insaponifiable :

L’huile d’argan renferme des caroténoïdes dont 50% de b-carotènes qui sont des précurseurs de la
vitamine A. La carence en vitamine A se manifeste par un retard de la croissance, la kératinisation
des cellules épithéliales et par une diminution de la vision crépusculaire.Donc cette huile peut être
conseillée pour la prévention des troubles visuels.
L’huile d’argan contient une proportion non négligeable de tocophérols dont 60% d’a-tocophérol ou
vitamine E. La vitamine E joue un rôle important, elle protège les acides gras polyinsaturés des
lipides cellulaires contre une dégradation uxydative spontanée.
Elle agit comme anti-oxydant. Par ailleurs on rapporte que la vitamine E serait capable de prévenir la
dégénérescence graisseuse des muscles. Il est à noter que la vitamine E présente des propriétés
aphrodisiaques et de ce fait on peut conseiller l’huile d’argan dans certains troubles sexuels.
L’asence du cholestérol rend l’huile intéressante dans la diététique des hypercholestérolémies.
Parmi les stérols isolés de l’huile d’argan on a le schotténol (48%). Ce composé étudié jusqu’alors à
partir d’extraits de Baccharis ciridifilia Asteracées et Ipomopsis aggregata Polemoniacées, dont le
rôle inhibiteur des cultures cellulaires du carcinome naso-pharyngé a été récemment mis en
évidence .

De ce fait l’huile d’argan peut constituer une source de schottérol.
Les recherches menées par les laboratoires Galénic (France) pour l’utilisation de cette huile végétale
à des fins cosmétiques ont montré que cette huile agit comme suit : Elle compense la diminution de
la fonction excrétoire des glandes sébacées, c’est essentiellement une fonction de nutrition de la
peau par apport de corps gras pour compenser son dessèchement inévitable avec l’âge.

Par le biais des acide gras essentiels, cette huile joue un rôle de barrière :

- Activité Immunologique.
- Action sur le système cardio-vasculaire.
- Activité analgésique.
- Effet psychotrope.
- Influence sur l’activité enzymatique.

Ainsi que d’autres activités qui sont essentiellement dues au fait que les saponines renferment à la
fois une partie hydrophile et une partie hydrophobe. On peut citer comme exemple, l’emploi des
saponines pour augmenter l’absorption de l’insuline au niveau des yeux ainsi on a obtenu de
meilleurs résultats qu’avec le twecn.
Une récente étude concernant l’activité des saponines de l’arganier a montré que ces produits ne
présentent pas d’activité analgésique centrale de type morphinique, quelle que soient les doses et
les voies d’administrations utilisées. A l’inverse elles sont douées d’un pouvoir analgésique
périphérique de type acide acétyle salicylique à la dose de 50 à 300 mg/Kg par voie orale et elle
présente un pouvoir de protection maximal à 500 mg/Kg par voie orale. Par ailleurs, elles
développent une action anti-inflammatoire in vivo dès 10 mg/Kg par voie orale qui rejoint à 50 et 100
mg/Kg par voie orale celle de l’indometacine 10 et 20 mg/Kg.

Pour valoriser le tourteau, ses extraits ont été soumis à des tests biologique. Ainsi, on a noté
certaines activités :

- Activité molluscicide (contre biomphalaria glabrata)
- Activité fongicide (contre candida albicans)
- Activité larvicide (contre aedes aegypti)

L’extrait alcoolique présente une faible activité fongicide et une faible activité larvicide par contre
l’activité molluscicide a donné des résultats prometteurs.

Rôle des acides gras insaturés :

On distingue deux types d’acides gras insaturés :

Acides gras mono-insaturés :

Ils sont représentés par les acides oléiques C 18:1 et palmitoléique C16:1. Ils sont énergétiques. Ils
sont considérés comme ayant un effet neutre sur le plan cardio-vasculaire (39), l’huile d’olive en
contient 73%, celle d’arachide 60,9%, les graisses animales uniquement 35% à 45%.

Acides gras polyinsaturés :

Les acides gras polyinsaturés sont des acides gras à chaîne supérieure à 16 atomes de carbone et
possédant au moins deux doubles liaisons.
Ils ont pour rôle majeur d’être des constituants structuraux des membranes cellulaires dont ils
assurent la fluidité et l’impérmiabilité. Ils sont énergétiques et précurseurs de composés
physiologiques.

Parmi ces acides gras on trouve la famille des acides gras essentiels (A.G.E). En effet tous les acides
gras polyinsaturés ne sont pas essentiels comme le signale Metais : « Un acide gras est essentiel
pour une espèce animale si, apporté dans l’alimentation, il permet de prévenir ou de guérir
complètement certains symptômes résultant d’une exclusion totale des lipides du régimes. »

Rôle des acides gras essentiels :

Rôle des A.G.E au niveau des structures cellulaires et tissulaires :

Les acides gras essentiels sont indispensables au fonctionnement et au maintien des membranes
cellulaires.
Les acides gras polyinsaturés en C20 et C22 sont le plus souvent incorporés en position 2 des
phospholipides membranaires. Certains de ces acides sont retrouvés surtout dans les cellules
nerveuses et dans les photorécepteurs rétiniens.
La présence des A.G.E dans les membranes cellulaires conditionne l’activité de la phosphorylation
oxydative dans les mitochondries ce qui explique la dégénérescence des cellules hépatiques
observées lors des carences graves. Elle conditionne aussi l’action des amines biogènes au niveau
des récepteurs et explique ainsi leurs modifications de perméabilité constatée lors de ces carences.

Il semblerait que les A.G.E aient une action immunodépressive et qu’ils puissent être utilisés comme
adjuvants dans les greffes d’organes

Rôle des A.G.E comme source d’énergie :

Les acides gras essentiels peuvent être, comme les autres acides gras d’origine alimentaires, une
source d’énergie par l’oxydation dans la voie du b oxydation.

Rôle des A.G.E comme précurseurs des prostaglandines et des eicosanoides :

De nombreuses études ont montré que les A.G.E sont des précurseurs des prostaglandines et de
composés voisins dits eicosanoides. Ils sont d’abord libérés des structures lipidiques membranaires
dans le cytoplasme cellulaire par l’action de la phospholipase C, la diglycéride lipase et surtout par
l’activité kéninodependante de la phospholipase A2.
Ces A.G.E ainsi libérés dans la cellule qui est fortement oxygénée, sont alors transformés par une
cyclodioxygenase en hydroperoxydes cycliques hydroxylés ; les prostaglandines H.
Ces composés présentent des activités physiologiques sur le myocarde, l’endothelium rénal, les
cellules intestinales, les tissus adipeux, les poumons et les cellules sanguines.

Ces carences en A.G.E conduit à des désordres des perméabilités des échanges cellulaires et à des
troubles de la coagulation.

Rôle des A.G.E dans la prévention des troubles cutanés :

Les A.G.E utilisés avec d’autres acides gras estérifiés dans les métabolismes du myocarde
particulièrement lors de la phase ischémique aiguë. La réponse à une stimulation par les
catécholamines produit une rapide mobilisation des triglycérides stockés dans le tissu adipeux avec
une augmentation plasmatique des acides gras non estérifiés.
La qualité des acides gras utilisés par la myocarde joueraient un rôle dans la survenue des
arythmies ventriculaires et dans la réduction de l’ischémie myocardique (4,68)

L’acide linoléique agirait sur les variables électrophysiologiques de la contractilité du muscle
myocardique et provoquerait une meilleure circulation dans les coronaires.

Rôle des acides gras essentiels dans prévention de l’athérosclérose

L’idée d’une déficience en A.G.E dans la maladie coronarienne a été suggérée par VLES (89) et par
HORNSTRA (52), ces auteurs ont démontré que contrairement aux acides gras saturés C14:0 à C18:0
l’acide linoléique diminue la tendance initiale à la formation du thrombus.
Ces effets diététiques sont confirmés par des essais cliniques. Chez les patients recevant un régime
riche en acide linoléique, on remarque une nette diminution de la cholestérolémie, une réduction
significative de la tendance des plaquettes sanguines à l’agrégation, une réduction de la mortalité au
cours des maladies cardio-vasculaires après un régime équilibré en A.G.E.
Par ailleurs chez les esquimaux qui se nourrissent de graisses de poisson de mer, on constate une
fréquence basse d’infarctus du myocarde, peu d’athérosclérose mais une fâcheuse tendance au
saignement. Ceci a été signalé dans une étude internationale réalisée par OLIVIER.

Ainsi les A.G.E préviennent dans une certaine mesure la formation de la plaque athéromateuse et
auraient peut être une action positive sur la plaque constituée.

L’effet hydratant de l’Argan a été confirmé en clinique. La carence en acide gras essentiel, inévitable
avec l’âge, cause un vieillissement cutané qui se traduit par un dessèchement et une perte
d’élasticité de la peau, favorisant ainsi l’apparition de rides. La correction d’une carence en acide
gras essentiel permet de retarder le vieillissement cutané. En plus d’assurer la fluidité membranaire,
les AGE (Acide Gras Essentiels) sont des médiateurs cellulaires.

D’après les travaux des nutritionnistes, ces acides (acides linoléique, linolénique, etc.) seraient des
précurseurs biologiques de ces hormones intracellulaires que sont les prostaglandines. Ces
dernières sont des molécules régulatrices fondamentales des différents systèmes cellulaires, en
particulier de tous les échanges membranaires.
Les acides gras insaturés jouent un rôle essentiel dans la prévention des maladies cardiovasculaires
et la famille des omégas 6 (comme l’acide linoléique) est indispensable à la croissance de l’enfant.

L’huile d’argan est riche en tocophérols : 700 mg/kg. Les principaux représentants de cette classe de
composés rencontrés dans l’huile d’argan sont l’alpha-tocophérol ou vitamine E (5%), le gammatocophérol
(83 %) et le delta-tocophérol (12%). Les tocophérols sont des antioxydants naturels, le
gamma-tocophérol a le pouvoir antioxydant le plus élevé. Riche en gamma-tocophérol, l’huile
d’argan est un nutraceutique de grande valeur.
Ces biomolécules sont performantes aussi bien dans le domaine de la revitalisation et de la
protection antiradicalaire de l’épiderme que dans le relancement de l’activité des cellules. Les effets
bénéfiques de l’huile d’argan sur la peau ont été confirmés. L’application de l’huile d’argan restaure
la couche hydrolipidique cutanée et augmente la teneur en nutriments des cellules cutanées. Elle
stimule aussi l’oxygénation intracellulaire, neutralise les radicaux libres et protège les tissus
conjonctifs

Intérêt cosmétique de l’huile d’Argan vierge :

Un produit BIO et enrichissant

L’huile d’Argan est utilisée depuis toujours par les femmes du sud marocain pour leurs soins
corporels et capillaires à cause de sa haute teneur en vitamine E.
Naturellement, elle redynamise la peau, l’hydrate, agit contre le dessèchement et le vieillissement de
la peau. En soin de nuit, pour tous types de peau, L’huile d’Argan régénère la peau durant le sommeil
et lutte contre le vieillissement cutané.

Dans la pharmacopée marocaine, on la recommande contre l’acné, les gerçures, les brûlures. Idéale
pour les massages ou mettre quelques gouttes dans l’eau du bain.
Elle fortifie les cheveux. Nourrissant et revitalisant le cuir chevelu, elle apporte de la brillance aux
cheveux tout en leur redonnant leur douceur naturelle et soyeuse.

L’huile d’Argan est recommandée pour les soins des ongles cassants et dédoublés qu’elle fortifie et
protège contre les agressions extérieures.
Cette huile relativement riche en vitamine E, provoque la stimulation d’une activité enzymatique liée
à la détoxification et à la défense antioxydante des cellules. Il s’ensuit une diminution de la
susceptibilité membranaire à la péroxydation qui serait à l’origine du vieillissement selon certains
auteurs.

Pour l’usage comsmétologique , l’utilisation traditionnelle de l’huile d’argan pour le dessèchement
cutané et le vieillissement physiologique de la peau on motivé certains laboratoires Français à
l’incorporer dans des produit cosmétiques. Parmi les laboratoires de cosmétique ayant formulé des
produits a base de cette huile, figurent, parmi les plus anciens,les laboratoires GALENIC
commercialisant la gamme ARGANE, les laboratoires YVES ROCHER avec la gamme ACCACIANE, et
Colgate Palmolive avec la gamme "ANTI1.25cm" et savon dermatologique.
La composition chimique de l’huile d’argan :
La composition chimique de l’huile d’argan s’est révélée intéressante par la nature de ces fractions
glycérique (99%) et insaponifiable 1%.

L’insaponifiable contient des hydrocarbures et des carotènes 37,50%, des tocophérols 7,50%, des
alcools triterpéniques 20%, des méthyl-stirols et stirols 20% et des xantophylles 6,50% .

lundi 3 novembre 2008 , par arganethic

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages