Comment lutter contre l’hypersomnie ?

35% des Français dorment peu ou excessivement. Dans le cas d’une hypersomnie, les conséquences sont aussi contraignantes qu’un manque de sommeil. Comment lutter contre ce trouble ?

Les causes de l’hypersomnie

L’hypersomnie se caractérise par un sommeil excessif. Il s’agit d’un trouble neurologique qui amène le sujet à dormir en moyenne une dizaine d’heures d’affilée et à se retrouver, au réveil et durant la journée, dans un état de grande fatigue. On n’utilise pas le terme d’hypersomnie dans le cas des personnes qui rattrapent un manque de sommeil par une durée plus importante la nuit suivante. Il s’agit d’un réel trouble neurologique qui peut avoir plusieurs causes. On distingue l’hypersomnie causée par des troubles du sommeil – tels que la narcolepsie — et celle causée par des lésions cérébrales et des troubles mentaux – tels que la dépression clinique. Lorsque les causes de l’hypersomnie ne sont pas décelées alors qu’elle affecte le quotidien du sujet de manière importante, elle est appelée hypersomnie idiopathique.

Les conséquences néfastes de l’hypersomnie

L’hypersomnie handicape le quotidien du sujet atteint. En effet, malgré un sommeil profond et très long, il continue à ressentir la fatigue durant la journée et peut somnoler. Dans le concret, l’hypersomniaque a de grandes difficultés à se lever. Le matin, il lui faut généralement une aide extérieure pour se réveiller puisque son horloge biologique ne peut pas l’y aider. La conséquence immédiate de cela est forcément le retard. Durant la journée, la personne atteinte d’hypersomnie n’utilise pas toutes ses capacités physiques et mentales dans la mesure où il se sent fatigué. En résumé, le bon déroulement de ses activités quotidiennes est affecté par ce trouble qui s’impose à lui durant les deux tiers de la journée, ce qui l’empêche de s’épanouir normalement.

Les solutions pour lutter contre l’hypersomnie

L’hypersomnie n’a pas encore de traitement permettant de le guérir. En effet, les traitements qui existent aident surtout le sujet à stimuler le dynamisme de son corps afin de réduire la fatigue et de ne pas se laisser envahir par le sommeil. Pour cela, un traitement à base de psychostimulants est administré au sujet. En plus de diminuer la fatigue, ces molécules augmentent la concentration et l’attention. Toutefois, ce traitement n’est pas systématiquement efficace pour tous les patients, d’autres habitudes doivent être prises pour le compléter. Par exemple, le sujet doit essayer de trouver des activités qui ne vont pas lui permettre de s’offrir quelques heures de sommeil durant la journée. On lui recommande notamment la pratique d’exercices physiques. Un suivi psychologique l’aiderait, entre autres, à prendre certaines décisions, par exemple se lever dès l’entente du premier réveil, lutter contre la sieste non réparatrice et trop longue, etc. Beaucoup d’efforts et de motivation sont exigés, et la compréhension de l’entourage est vivement souhaitée.

jeudi 22 mars 2012 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages