L’hypnose médicale : principes et indications

Autrefois sujet de controverses, l’hypnose médicale jouit depuis un certain temps d’un regain d’intérêt auprès du grand public. De quoi s’agit-il ? Découverte.

L’hypnose médicale : les principes

D’après une définition communément admise, l’hypnose désigne cet état modifié de conscience. Contrairement à ce que l’on pense, il ne s’agit pas d’un état de sommeil, mais bien d’un état de veille très particulier. Tout comme la méditation, l’hypnose se présente comme un moyen de réaliser une expérience des états de la conscience afin de mieux les identifier pour les utiliser.

Durant l’hypnose, le patient, ou plutôt "le dormeur", est plongé dans un état de concentration extrême, il est coupé du monde extérieur et de tout ses stimulis. Le but étant d’inviter progressivement son corps vers un état de léthargie, pour que s’installe un désintérêt total envers toute forme d’effort. Ici, le raisonnement laisse place à l’imagination et à l’intuition.

L’hypnose médicale : les indications

L’hypnose médicale figure parmi les thérapies les plus prisées pour soigner des problèmes d’addiction, tels que l’alcoolisme ou le tabagisme. Il vise également à éliminer les troubles du comportement alimentaire. On l’associe quelques fois à un régime. Certains couples font appel à l’hypnose pour guérir certains troubles de la sexualité, des phobies, ou des conduites compulsives. Par ailleurs, l’hypnose médicale peut être très bénéfique pour calmer les douleurs chroniques, comme les migraines, les lombalgies, les céphalées ou encore les douleurs post-opératoires.

Au cours de la séance d’hypnose, le thérapeute agit comme un catalyseur afin d’inviter son patient vers cet état de veille. Il endosse ensuite le rôle de guide pour assister et accompagner le dormeur dans cette expérience. Une séance d’hypnose dure en moyenne une heure. Après un entretien approfondi des raisons de consultation du patient et d’un état clinique de ce dernier, il est alors invité à s’installer dans un fauteuil très confortable. Le nombre de séances peut varier selon la pathologie à soigner.
Croire que le thérapeute a un rôle intrusif ou autoritaire sur son patient est une erreur. Son rôle se limite seulement à faire des suggestions à son patient qui garde le contrôle jusqu’à la fin de la séance.

jeudi 28 février 2013 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages