L’hypnothérapie, une médecine qui a de l’avenir

L’hypnothérapie est une médecine douce. L’hypnothérapie n’a absolument rien à voir avec le sommeil.

L’hypnothérapie : utilisée depuis des siècles...

L’hypnose existe depuis bien longtemps. Les guérisseurs utilisaient des méthodes de mises en transe pour neutraliser les malades et faire appel à l’inconscient. Mais ce n’est que vers le XVIIIe siècle, que son potentiel thérapeutique s’est fait connaître. Le Britannique James Braid (1837-1910) entreprit des travaux de recherches gigantesques, afin d’établir l’hypnothérapie au même rang que les autres médecines. Ensuite, des neurologues français, Hippolyte Bernheim et Jean Charcot, continuèrent les études sur cette médecine. En 1955, la British Medical Society reconnaissait à l’hypnose un rôle de procédure médicale. L’American Medical Association faisait de même quelques années plus tard. Aujourd’hui, elle est présente dans le monde entier, et compte plusieurs adeptes.

L’hypnothérapie consiste à court-circuiter les processus mentaux. C’est l’inconscient qui est mis en avant-plan. En effet, c’est dans cette partie du cerveau que sont enregistrés les souvenirs ou les traumatismes liés à l’enfance ou à des périodes anciennes. Il existe deux types de pratiques liées à l’hypnothérapie : l’hypnose traditionnelle et l’hypnose éricksonienne. La première se base sur des suggestions verbales, visuelles et corporelles. Par exemple, « le tabac= danger ». Elle fut utilisée jusqu’à Freud, et très appréciée des gens du cirque. Elle est aussi utilisée pour lutter contre les addictions et les phobies. La méthode éricksonienne, développée vers le milieu du XXe siècle, est axée sur la communication. Le patient s’exprime librement. Le thérapeute utilise des métaphores, des activations de rêve pour guider l’inconscient du patient.

L’hypnothérapie est-elle efficace ?

Tous les mécanismes de l’action du cerveau ne sont pas connus. Il reste encore de grands mystères à découvrir. Cependant, on reconnaît à l’hypnothérapie des résultats efficaces. Le conscient est hyperactif et il n’est pas attentif aux objets qui l’entourent. De ce fait, il est impossible de faire prendre conscience d’un danger ou d’un souvenir à la partie « consciente » du cerveau. Mais l’inconscient, lui, assimile facilement les ordres et les suggestions. Par exemple, un enfant ayant vu quelqu’un se faire mordre par un chien, aura automatiquement peur des chiens. Cette phobie sera donc ancrée dans son inconscient. Pour l’enlever, l’hypnothérapeute fera appel à des suggestions et des idées positives. Ce travail profond permet de changer progressivement les comportements conscients.

Une séance d’hypnothérapie dure entre 50 à 60 minutes. Le nombre de séances varie selon les problèmes à traiter. Elle se base sur un entretien médical et psychologique du patient. Quant au choix du thérapeute, il faut être prudent, et choisir celui avec lequel le patient se sent en confiance. Des études ont montré que plus le patient est détendu, plus les résultats sont bons. L’hypnothérapie permet de lutter contre l’insomnie, réduit les symptômes liés aux maladies respiratoires. De même, pendant l’état hypnotique, la production d’endorphines est à son maximum. Ce qui favorise la réduction de stress, ainsi que toutes sortes de douleurs. Car l’hormone du bien-être est un véritable antalgique naturel. Certaines femmes n’hésitent pas à recourir à une séance d’hypnose pour faciliter l’accouchement.

jeudi 17 mars 2011 , par Articles santé beauté

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages