Comprendre la médecine chinoise pour profiter pleinement de ses avantages

La civilisation chinoise est l’une des plus anciennes au monde, au même titre que sa médecine. Celle-ci possède ses propres techniques qui méritent d’être comprises pour pouvoir profiter de ses atouts.

Les vertus des plantes et des aiguilles

La base de la médecine chinoise est l’équilibre énergétique du corps humain. Il s’agit alors de rétablir le flux d’énergie qui parcourt l’homme. Pour cela, la médecine chinoise intervient sur trois axes bien précis : la phytothérapie, l’acupuncture et les thérapies manuelles. Ces trois disciplines sont éventuellement complétées par la diététique et des exercices physiques, comme le Tai-chi et le Qi gong.

L’acupuncture se sert d’une carte énergétique du corps humain, sillonnée par des lignes reliant des points sensibles. En agissant avec des aiguilles sur ces points clés, le médecin stimule ou réduit une fonction particulière selon les besoins de la thérapie.

La phytothérapie exploite l’immense richesse et les innombrables vertus du monde végétal. Les différentes parties de la plante entrent dans les traitements, racines, tiges et feuilles. À la différence de la médecine occidentale, la posologie et le dosage des médicaments en médecine chinoise ne sont pas fonction de la source de la maladie, mais de « l’état énergétique » du patient. Cette médecine répertorie plus de quatre cents variétés de plantes médicinales.

Un équilibre énergétique et une alimentation surveillée

Pour les thérapies manuelles, en l’occurrence les massages, la palme revient au Tui Na et au shiatsu, des types de massage largement répandus dans les établissements de santé. Le but est de rétablir à la normale la quantité d’énergie anormalement consommée lors de l’affection d’une articulation ou des perturbations de fonctionnement d’un organe (troubles de la digestion, nervosité…).

L’autre discipline fondamentale de la médecine chinoise est la diététique. Bien qu’elle recommande des règles d’alimentation assez strictes, le régime préconisé est inhérent à l’âge, à la forme physique et à l’environnement de chaque malade. Elle considère l’estomac et la rate comme les moteurs essentiels de la digestion. À ce titre, ils doivent être ménagés en prenant les repas à intervalles réguliers et servis à une température convenable.

vendredi 14 décembre 2012 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages