La microkinésithérapie dans la chaîne de soins

Aujourd’hui, plus que jamais, en matière de santé, le patient, en plus d’être
guéri, attend d’être pleinement rassuré et, est en quête de sécurité.

Pour
guérir ou du moins se sentir mieux, il doit pouvoir trouver une aide sans
faille et une écoute attentive, dans le cadre d’un rapport de confiance mutuelle,
auprès des professionnels de santé.

Si la CMU et le tiers payant sont de très louables et généreux progrès sur le
plan de l’accès aux soins pour tous, ne retire-t-on pas au patient une part de
liberté en lui assignant comment il doit se soigner et quels professionnels de
santé aller voir, par le remboursement de telle ou telle technique ?

Contrairement à une chaîne ordinaire où tous les maillons sont semblables, la
chaîne de soins est constituée de maillons différents, spécifiques et
complémentaires. La microkinésithérapie constitue l’un de ces maillons. Un
maillon qui ne nécessite ni prescriptions médicamenteuses, ni instruments
coûteux. Un maillon souple et mobile dans tous les sens du terme.

La microkinésithérapie est une technique d’écoute, écoute palpatoire certes,
mais aussi technique de confiance, en la capacité d’autoréparation et de
cicatrisation du corps. Plus qu’une technique, c’est une philosophie qui
accompagne chaque praticien certifié.

De l’importance des mots

« Dans le traitement des malades, les mots utilisés par
le médecin ont une incidence profonde sur leur bienêtre.
Les paroles du médecin peuvent ouvrir les portes
toutes grandes ou les fermer avec violence. Elles
peuvent ouvrir la voie de la guérison ou mettre le
malade en état de dépendance, le rendre tremblant,
effrayé ou hostile. Des mots appropriés peuvent
remonter le moral du malade, exalter sa volonté de
vivre, créer une base pour une réaction héroïque. Des
mots erronés peuvent susciter un sentiment de
désespoir et de défaite et diminuer l’efficacité de tout
traitement prescrit. Des mots erronés peuvent
compromettre les relations thérapeutiques qui, dans le
traitement des malades, sont aussi importantes que la
connaissance des faits sur lesquels est fondé le
traitement médical. »

« Le médecin comme communicant », Norman Cousins,
Journal of American Medical Association

vendredi 17 juin 2011 , par Fanny Sylvestre - administratrice

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages