Comment se déroule une consultation de microkinésithérapie ?

1 -Après s’être renseigné sur les douleurs ou
les dysfonctionnements dont souffre le
patient, le thérapeute fait allonger le patient
sur une table, en restant légèrement vêtu.
Avec ses mains, il va palper la zone dont le
patient souffre (le symptôme).

2 - Première palpation en poussée, en
effleurement, en rotation… Elle permet
d’objectiver le « dysfonctionnement » des
tissus et d’avoir une petite idée sur l’origine
de ce désordre.
Le traitement commence lorsque le
thérapeute quitte le symptôme pour
contrôler par des gestes méthodiques et
rigoureux des ensembles tissulaires ou
corporels qui contiennent la « trace », la
« mémoire » des événements responsables
des désordres.
On peut ainsi traiter les traces des chocs
traumatiques, des agressions infectieuses ou
toxiques, mais aussi des chocs émotionnels
ou des difficultés existentielles qui
« perturbent » la personne. Chacune de ces
causes « non éliminées » a laissé une trace
dans l’organisme à des endroits spécifiques
sans rapport avec la zone qui souffre.

3 - Lorsqu’une restriction apparaît entre les
mains du thérapeute dans ces ensembles, il
va la mettre en rapport avec une zone
anatomique en définissant, par de
nouveaux gestes palpatoires, l’étage
corporel atteint et le tissu concerné et
pouvoir ainsi situer la pathologie qui en
découle.

4 - Le thérapeute réinforme ainsi
l’organisme sur son passé afin de lui
permettre de réagir aujourd’hui à cet
événement. Le mécanisme réparateur peut
se mettre en route puisque le corps a pris
connaissance de son agresseur.

5 - Pour finir, le thérapeute retourne palper
la zone de départ et vérifie si plus rien
n’apparaît à ce niveau. Il explique ensuite à
son patient ce qu’il a trouvé s’il ne l’a pas
fait au fur et à mesure, et l’informe de la
réaction de fatigue possible dans les 48
heures qui suivent. Il lui conseille de boire
abondamment pour aider le corps à se
drainer.

La durée d’une séance est d’environ 30 à 40 mn.

Combien de séances nécessaires ?

Il n’est pas utile de multiplier les séances de soin. Une
seule par problème devrait suffire, deux ou trois tout au
plus, à un mois d’intervalle chacune, semble être un
maximum. Il convient en effet de laisser au corps le
temps de réagir avant d’intervenir à nouveau.
Ce temps de réaction est évalué à environ une vingtaine
de jours, temps nécessaire aux cellules pour enregistrer
le nouveau programme de fonctionnement et de le
mettre en place.

En revanche, l’évolution de la personne peut lui
permettre de rencontrer de nouvelles problématiques et
à ce moment-là l’intervention du thérapeute peut
s’avérer utile, à nouveau. Il est très important de ne pas
laisser s’installer une relation de dépendance entre le
patient et son thérapeute car c’est au patient de faire ses
expériences de vie qui seules lui permettront de grandir
et d’avancer dans la vie.

Préventif : On peut envisager des séances dites
« préventives » à raison d’une ou deux par an, à des
périodes connues comme habituellement difficiles.

Curatif : 1 à 3 séances espacées d’un mois.

vendredi 17 juin 2011 , par Fanny Sylvestre - administratrice

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages