Phytothérapie - Le coquelicot : bienfaits et indications

Le coquelicot est une fleur voisine du pavot. La couleur rouge de la première permet de la différencier de la deuxième. Les pétales et les graines sont les parties du coquelicot utilisées en phytothérapie.

Le coquelicot : caractéristiques et propriétés

Le papaver rhoeas, communément appelé coquelicot, est une plante qui appartient à la famille des papavéracées. Il peut atteindre jusqu’à 60 cm de hauteur. La fleur est de couleur rouge, elle est composée de quatre pétales de grande taille, dont la base est tachée de noir. La plante produit un fruit conique dans lequel se trouvent de nombreuses graines brunâtres. Les graines sont cueillies pendant que le fruit est encore vert. Cette démarche permet de faciliter la cueillette des graines. En effet, le fruit mature s’ouvre et libère ces graines.

La fleur de coquelicot contient du pigment anthocyanique, un dérivé de la cyanidine, responsable de la coloration rouge des pétales. De plus, la plante renferme des alcaloïdes isoquinoléinique, comme le rhoeadine qui donne des propriétés sédatives et légèrement hypnotiques à la plante. À part cela, du mucilage est présent au niveau du coquelicot. La graine possède une propriété narcotique et entraîne la sudation. L’alcaloïde attribue un effet antitussif, tandis que le mucilage est responsable de l’effet adoucissant. Le coquelicot est à la fois émollient, antiseptique et béchique.

Le coquelicot : les principales indications

Le coquelicot calme et repose les nerfs. Par conséquent, il est préconisé en cas de stress, anxiété et émotivité. Il peut aider les personnes agitées. En étant une plante somnifère, il est indiqué pour lutter contre l’insomnie. Il régularise le sommeil pour qu’il soit calme et réparateur. D’autre part, il est utilisé pour traiter les troubles de la sphère respiratoire. En effet, il calme les quintes de toux, les irritations de la gorge, l’enrouement et l’angine. En outre, il soigne l’asthme.

Cette plante apaise les spasmes afin de faciliter la respiration. Le coquelicot est aussi utilisé pour lutter contre la rougeole, la pneumonie et la pleurésie. À part cela, il soigne l’abcès dentaire ainsi que les maux des yeux. Cependant, le coquelicot peut provoquer des migraines. Son administration nécessite donc l’avis d’un spécialiste. Les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que les enfants de moins de trois ans ne doivent pas l’utiliser.

lundi 29 août 2011 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages