Prévenir les accidents cardio-vasculaires ou AVC

Les AVC ou accidents cardio-vasculaires sont la troisième cause des décès en France. Il est pourtant possible de prévenir cette attaque mortelle par un rythme de vie sain, et lorsqu’elle surgit, savoir la repérer peut sauver la vie.

Un mode de vie sain pour réduire les risques d’AVC

Il semble que les AVC apparaissent sans prévenir, mais en réalité, le risque s’accroît avec un certain mode de vie. Des habitudes qui paraissent parfois anodines aux problèmes de santé chronique, il est possible de réduire les risques d’AVC en faisant attention aux facteurs qui les provoquent. Ainsi, si on a l’habitude d’entendre que les personnes âgées sont les plus exposées, il existe des cas fréquents d’attaques cérébrales de jeunes adultes. Une première habitude à acquérir est alors de pratiquer régulièrement un sport. Cela est bénéfique pour le bon fonctionnement du cœur, et par conséquent l’oxygénation du cerveau.

L’hypertension artérielle est généralement le facteur le plus important et il est indispensable de la réguler. Si chez certaines personnes la prise de médicaments est indispensable, chez d’autres, une alimentation saine et la surveillance du poids sont suffisantes. D’ailleurs, l’obésité peut être un facteur indépendant des risques d’AVC. Au niveau du mode de vie, il faut savoir que le tabagisme, la consommation d’alcool et de drogue sont également des facteurs à ne pas négliger. Enfin, l’AVC peut être héréditaire et le risque peut être accru si la personne est diabétique, dépressive ou sujette à des maladies vasculaires et cardiaque.

Les signes d’un AVC

En faisant attention aux facteurs, il est alors possible de réduire les risques d’AVC. Si certaines attaques sont bénignes, d’autres sont mortelles. Quoi qu’il en soit, savoir détecter les symptômes et les signes d’un AVC permet de sauver une vie ou d’éviter les séquelles irréversibles telles que les paralysies. En effet, un AVC consiste en l’obstruction ou la rupture d’une veine cérébrale, ce qui empêche le processus d’oxygénation du cerveau. Lorsque cela est décelé à temps, il est possible d’y remédier par des traitements médicamenteux ou des opérations chirurgicales.

Le premier signe est une faiblesse musculaire ou une paralysie soudaine et passagère d’un côté du corps. Un engourdissement du visage, des bras ou des jambes est également un symptôme. Des troubles du langage et de la vue sont aussi fréquents et peuvent aboutir aux troubles de la conscience. Autre symptôme, un mal de tête très intense qui survient sans aucune raison apparente. Si l’un ou plusieurs de ces signes apparaît, il est préférable d’approcher immédiatement les professionnels de la santé qui détermineront le niveau d’importance de la situation et prendront les mesures nécessaires pour cela ne s’aggrave pas.

mercredi 4 janvier 2012 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages