Réguler le Qi, aider la Vie

La santé n’est pas l’absence de symptômes mais bien l’équilibre énergétique individuel.
Toute l’approche thérapeutique en médecine chinoise est basée sur la notion de Qi, l’énergie vitale. Pour elle, tout ce qui se produit dans l’organisme, toute fonction physiologique, mais aussi tout processus pathologique reflète l’activité du Qi.

Le Qi et la science

Rendre compte de ce qu’est le Qi du point de vue scientifique occidental représente un véritable challenge. Car avec Descartes, notre pensée s’est orientée depuis le 17ème siècle sur la seule description de ce qui apparait à nos sens, ou aux prolongements de nos sens que sont nos outils modernes d’investigation (microscopes, voltmètres, scanners etc.) . N’est réel que ce qui existe physiquement : la matière. Or, le Qi échappe à toute investigation scientifique : le Qi, ça ne se pèse pas, ça ne se mesure pas. Par conséquent, du point de vuescientifique, ça n’existe pas ! Es-ce à dire qu’il faut ranger ce concept au rayon des anciennes croyances sans intérêt ?

Le concept de Qi est souvent traduit par « énergie », parce que ce terme
renvoie dans nos esprits aux notions d’immatérialité et d’activité. Un pont sémantique s’établit donc naturellement dans nos consciences entre le Qi et l’énergie. Mais l’énergie, pour la physique moderne reste quelque chose de mesurable. Cela « existe » donc. Faisant l’amalgame entre ces notions, nombre d’esprits modernes cherchent encore aujourd’hui à « prouver » l’existence du Qi. Bien évidemment, personne n’a encore réussi à poser la première pierre d’une quelconque « démonstration scientifique » de l’existence du Qi. Et pour cause ! Le Qi est un concept vitaliste. Et un concept, ça sort du cadre du mesurable. Pouvoir rendre compte mathématiquement du Qi reviendrait ni plus ni moins à trouver l’équation ultime, celle de la Vie elle-même !

Le Qi est l’origine de tout phénomène

Quelle est cette force qui préside à la cicatrisation des plaies, qui anime le cerveau, les tissus, les organes ? Le Qi ne se perçoit qu’au travers de ses manifestations. Pour la philosophie chinoise, tout est Qi. Dès qu’il y a apparition matérielle, il y a activité vitale associée. Cette activité est la source des transformations. Rien qui ne change et n’évolue dans l’univers. Tout, chaque atome est en perpétuelle mutation. Ainsi, lorsque vous avez une digestion difficile, la médecine chinoise parlera de perturbations du Qi de l’estomac. La vie, dans l’estomac, ne remplit pas correctement ses fonctions. Si vous vous faites une entorse, le médecin chinois traitera directement l’accumulation locale se manifestant par un gonflement, des douleurs et un bleuissement de la zone en faisant circuler et en réordonnant la vie, le Qi qui s’est accumulé à cause d’un choc physique. Car de son point de vue, l’œdème et l’hématome, l’inflammation locale ne sont que les manifestations d’une stagnation de l’énergie. Son action consiste à travailler directement avec les forces de vie pour les aider à "animer" normalement les tissus. Lorsque le Qi circule normalement, la santé est bonne, les tissus sont en ordre et bien nourris, l’ensemble des fonctions physiologiques se déroule normalement. Pour la pensée chinoise, le Qi, c’est-à-dire l’activité vitale, est fondamentalement soumis à deux mouvements antagonistes Yin et Yang dont l’alternance engendre les mutations. Ces deux tendances (nous y reviendrons dans un autre article) coexistent et se manifestent dans toute manifestation, du plus petit atome au champ infini de l’univers.

Le Qi circule dans les méridiens

La médecine traditionnelle chinoise décrit depuis 3000 ans des canaux (Jing Maï) au travers desquels le Qi circule. Là encore, nos instruments perfectionnés de mesure n’ont encore rien pu démontrer. Les seules « confirmations » scientifiques concernant l’acupuncture se limitent à la découverte d’un champ de moindre résistance électrique à l’endroit des points d’acupuncture décrits par les médecins antiques, ainsi qu’ une augmentation locale de la production de dopamine lorsqu’une aiguille y est insérée. Des expériences ont également démontré que l’insertion d’aiguilles sur des points traditionnellement connus depuis des millénaires pour stimuler la vue, et situés au niveau du pied, activent bien dans le cerveau le cortex visuel.

Pourtant, pourrait-on penser, si les méridiens existaient vraiment, on devrait pouvoir repérer une activité spécifique sur leur trajet. Et si l’on ne trouve rien, c’est sans doute qu’il n y a rien… nos esprits scientifiques étant quelque peu convaincus que n’existe que ce nous avons réussi à vérifier scientifiquement. L’analogie avec les ondes électromagnétiques peut ici nous éclairer : placez un instrument de mesure à mi-chemin entre une antenne téléphonique un satellite. Aucun instrument de mesure, aussi performant soit-il, n’est aujourd’hui capable de détecter une quelconque modification de la structure du milieu dans l’espace situé entre l’antenne et le satellite. Es-ce à dire qu’aucune information ne passe entre les deux ? La notion de canaux énergétiques (méridiens) est apparue au 8ème siècle avant JC, à l’époque ou la Chine aménageait ses fleuves en voies de circulation navale. Les lignes reliant les points d’acupuncture permirent de représenter graphiquement les liens entre des points appartenant à des « tonalités » spécifiques, et ayant des affinités particulières. En aucun cas elles ne représentaient de réelles voies de circulation d’une quelconque « substance » invisible. La Vie est mobile, elle monte et descend, s’intériorise et s’extériorise, en empruntant des chemins appelés canaux, par analogie aux voies de communication que représentent les fleuves en Chine.

Réguler le Qi

Pour la médecine chinoise, une circulation harmonieuse de l’énergie vitale est la clé de la santé. L’énergie, c’est la Vie. Et pour que la santé soit bonne, la Vie doit circuler dans l’ensemble du corps, à un rythme et une intensité proches de l’équilibre (l’équilibre étant ici un état de moindre déséquilibre). La vie en vous circule plus lentement dans les couches profondes et dans le bas de votre corps, et est plus active dans les couches superficielles et le haut de votre corps. La vie s’équilibre ente les mouvements d’extériorisation et les mouvements d’intériorisation. La vie s’échauffe quand vous êtes actifs, et se refroidit quand vous vous reposez. La vie en vous est influencée par vos émotions, vos habitudes alimentaires, votre activité physique. Tout ce que nous faisons, ressentons, mangeons retentit sur notre énergie. Lorsqu’un comportement inadéquat est trop souvent répété, ou lorsque nous sommes exposés à des conditions extrêmes, notre énergie se déséquilibre et ces perturbations rejaillissent immédiatement sur notre physiologie. C’est pourquoi la régulation énergétique, que ce soit par les exercices, l’acupuncture, les plantes ou l’alimentation représente en médecine chinoise le cœur même de toute action visant à préserver la santé. Préserver la santé ne se limite pas à faire artificiellement disparaitre les symptômes. Sous une apparence de normalité les déséquilibres peuvent continuer à se développer, pour donner lieu, un peu plus tard, à des symptômes plus graves. Préserver la santé, c’est entretenir ou rétablir l’équilibre vital.

Site : http://www.asia-vital.com

Ch. Labigne

mardi 16 avril 2013 , par DocQi

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages