J’ai l’habitude de tout garder : le syndrome de l’écureuil

Il y a des personnes qui n’arrivent pas à se défaire de leurs affaires, aussi vieilles, abîmées et inutiles qu’elles puissent être. C’est le syndrome de l’écureuil. Pourquoi cette manie de tout garder ?

Pourquoi est-ce qu’on garde tout ?

Tout d’abord, ces choses que l’on garde sont des choses généralement inutiles. Du ticket de métro aux habits qui ne rentrent plus en passant par les verres cassés, les appareils qui ne fonctionnent plus et la paperasse, tout peut devenir un objet de valeur sentimentale à ne surtout pas jeter. Contrairement à l’écureuil qui épargne pour les jours à venir, le syndrome de l’écureuil fait référence à cette manie de tout mettre de côté, justifiée par une raison souvent tirée par les cheveux. En effet, si la difficulté réside dans l’incapacité de se défaire de ces objets, c’est parce qu’on leur donne une valeur inestimable ou alors on se donne l’espoir de pouvoir les faire revivre un jour. Doutes, hésitation et peur sont alors les sentiments qui nous animent au moment de les garder ou de penser à les jeter, en vain.

Syndrome de l’écureuil : qu’en pensent les psychologues ?

Les psychologues expliquent ce geste de tout garder par plusieurs raisons individuelles ou qui se complètent. Ainsi, la première raison pour laquelle on ne jette pas réside dans le fait de ne pas vouloir se défaire du passé. Un événement est alors rattaché à un objet, et s’en débarrasser est un supplice puisque l’objet devient le témoin concret du souvenir. En l’occurrence, dans le cas de la manie ou de la pathologie, l’on trouve une raison valable de garder chaque objet. Aussi, cela traduit le manque de confiance en l’avenir. En effet, la crainte de ne plus pouvoir s’offrir un objet de la sorte dans certains cas où la peur d’avancer explique pourquoi on pense que ces objets obsolètes et abîmés pourront resservir un jour. Pour faire face à l’incertitude de l’avenir, on se raccroche alors à ces objets du passé.

Syndrome de l’écureuil : à quel moment est-ce alarmant ?

La psychologie explique également que cela pourrait provenir d’une éducation trop stricte, un manque d’affection ou le besoin de possession. Quel que soit le cas, l’objet à son acquisition prend déjà une valeur très importante dans notre vie. L’on s’y attache pour combler un manque ou pour affirmer une possession lorsque l’on pense ne rient pouvoir mériter. Il s’agit d’un trouble psychologique qui nécessite alors une consultation lorsque le fait de tout garder gâche notre vie ou celle de notre entourage. En effet, tout garder ne signifie pas tout ranger, et quand il s’agit de mobiliser une pièce entière pour stocker les affaires inutiles, cela devient un handicap. On n’est plus au stade de la boîte à chaussures dans laquelle on range les premières photos de couple ou le premier briquet. Parfois, on se rend compte du besoin de s’en séparer, sans réussir à le faire.

mardi 28 février 2012 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages