Le Tai-chi chuan, pour un meilleur maintien de la santé

Discipline orientale à mi-chemin entre le yoga et la gymnastique douce, le Tai-chi chuan suscite l’intérêt de nombreuses personnes soucieuses de leur état de santé. Zoom sur les assises théoriques et les bienfaits de cet art martial interne entièrement dédié au bien-être.

Le Tai-chi chuan, l’art d’entretenir l’énergie vitale

Crée en Chine durant la dynastie Ming, au XIIIe siècle de notre ère, le Tai-chi chuan est une discipline martiale qualifiée d’interne (nei chia), à la différence des arts martiaux durs comme le karaté (wai chia). Zhang Sanfeng, un moine taoïste du XIIIe siècle, est considéré comme le père fondateur de la discipline. Tout au long de son existence, ce moine s’est attelé à chercher le secret de l’immortalité, dans le respect total des préceptes du taoïsme. Le Tai-chi chuan est, entre autres, le produit de ses longues recherches dans ce domaine précis.

Le tai-chi chuan se caractérise par des mouvements souples et lents. Une importance particulière est également accordée aux mouvements ondulatoires. Les chorégraphies du tai-chi chuan seraient inspirées des mouvements d’un serpent au cours d’un combat contre un oiseau. Le tai-chi chuan vise à harmoniser la circulation de l’énergie vitale Qi dans l’organisme. Autrement dit, la stimulation des blocages énergétiques ne se fait plus par des pressions de type Shiatsu ou acupuncture mais uniquement par la respiration, la relaxation et les chorégraphies propres à cette discipline martiale.

Le déroulement d’une séance de Tai-chi chuan

Le tai-chi chuan se pratique dans une salle bien aérée ou dans un espace tranquille à ciel ouvert. Le formateur commence l’entraînement par des exercices d’échauffement peu dynamiques pour assouplir des muscles et préparer le mental aux chorégraphies douces du tai-chi chuan. Le formateur initie les élèves à la fameuse respiration Qi Gong, la plupart du temps pratiquée avant les exercices douces, notamment dans le tai-chi chuan style Yang. Le coach leur enseigne par la suite les enchaînements du premier échelon du tai-chi chuan, dénommé « terre ». L’étude et l’approfondissement des autres chorégraphies se font progressivement au fil des séances ultérieures.

Que ce soit pour les débutants ou les pratiquants de niveau avancé, chaque séance de tai-chi chuan dure une heure. La relaxation, la concentration et la respiration tiennent une importance capitale au cœur de la discipline. Le tai-chi chuan améliore la circulation veineuse et favorise l’élimination des toxines. Il libère les blocages énergétiques et stimule la fonction naturelle d’autoguérison de l’organisme. Il développe la patience et la persévérance et permet l’élimination du stress et de l’anxiété. Vivre en bonne santé et le plus longtemps possible, tel est le mot d’ordre de cette discipline. Alors, pour entretenir son bien-être autrement, pourquoi ne pas s’investir dans la pratique de cet art martial aux vertus innombrables ?

vendredi 28 janvier 2011 , par La rédaction

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages