Le vahona, l’aloès malgache

Plante endémique, le vahona est l’aloès de Madagascar. Le vahona possède des propriétés médicinales très bénéfiques pour l’organisme au quotidien.

Le vahona, au cœur de la médecine traditionnelle malgache

Depuis la nuit des temps, le vahona, dont le nom scientifique est aloe macroclada, est très utilisé par les praticiens malgaches pour traiter plusieurs pathologies. Un usage fréquent dû en grande partie à l’efficacité du végétal dans les traitements, mais aussi en raison de son omniprésence sur l’île. Cette plante se rencontre effectivement presque partout sur la Grande Ile, et particulièrement dans les régions rocailleuses et sèches comme les parties sud et sud-ouest du pays. Faisant partie de la famille des asphodelacaea, regroupant plus de 450 espèces dans le monde, l’aloe macroclada possède des feuilles plus longues, plus épaisses, plus pulpeuses et plus larges que celles de ses pairs. Les feuilles de cette variété endémique de Madagascar se reconnaissent facilement par leur couleur vert clair, parfois teintée de rayures rougeâtres ou roses. Espèce assez rare en milieu sauvage, le vahona peut facilement être cultivé en milieu aride, dans les rocailles ou même dans un bac à l’extérieur.

Le vahona, le secret de ses qualités

Le vahona tient ses vertus thérapeutiques des principes chimiques et organiques contenus principalement dans ses feuilles. Les recherches effectuées par les laboratoires malgaches et européens ont permis d’isoler plus de 250 composants de la plante. Ce végétal figure parmi les rares espèces au monde à renfermer l’ensemble des éléments indispensables au traitement et à la survie de l’organisme, à savoir les sels minéraux – silice, potassium, magnésium, etc. – les polysaccharides, les acides aminés essentiels et les vitamines A, C, E et les oligoéléments. Si la plupart des aloès dans le monde ne contiennent que 9 principes actifs uniques, l’aloe macroclada possède 18 constituants qui lui profèrent de multiples vertus médicinales et cosmétiques. Autre particularité de cette plante : elle contient plus de 75 éléments nutritifs. Bien que la pulpe du vahona dégage un goût assez amer, elle est utilisée – en faible quantité — par certains dans la fabrication de desserts, de boissons ou même de yaourts.

Utilisation du vahona en médecine

Les praticiens traditionnels prescrivent généralement la pulpe de cet aloès, mélangée avec du miel, contre les pathologies du système digestif : ulcère gastrique, problèmes de foie, troubles de l’intestin et infections du pancréas... La prudence reste néanmoins de mise dans la consommation du gel de cet aloès, en raison de sa teneur en aloïne, un agent toxique contenu dans sa pulpe. Mieux vaut ne prendre que ceux dont le taux d’aloïne est très minime. Après les recherches modernes sur le vahona, les médecins conseillent l’utilisation de son gel pour prévenir certaines tumeurs cancéreuses sur la peau, l’hypertension, le diabète et même les problèmes cardio-vasculaires. L’huile essentielle de l’aloe macroclada est également reconnue très efficace contre les éruptions cutanées, dont le psoriasis et l’eczéma. Son gel possède par ailleurs une propriété anti-inflammatoire et cicatrisante, un atout essentiel pour soulager les douleurs causées par le rhumatisme et l’arthrite.

jeudi 18 août 2011 , par Articles santé beauté

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages