L’ennéagramme, chemin de découverte de soi.

Découvrir et utiliser l’ennéagramme, c’est une aventure dans laquelle on apprend à mieux se connaître pour être plus efficace et apporter des améliorations significatives dans son management, permettant d’exprimer pleinement sa différence et d’affirmer sa puissance personnelle.

Depuis le le premier ouvrage de Beesing, Nogosek et O’Leary paru en 1984 (L’ennéagramme, Desclée de Brouwer), la littérature sur le sujet ne cesse de croître. Il existe à ce jour une large communauté internationale s’intéressant à cet outil de compréhension de l’être humain et de ses interactions aux autres, avec la parution mensuelle d’un journal faisant état des dernières avancées permises par l’approche.

Pourquoi cet engouement ?

Tout simplement parce que l’ennéagramme n’est pas une n-ième typologie des personnalités, statique et figée, mais un système riche et dynamique qui permet de tirer le meilleur de soi.

Il décrit neuf visions différentes du monde, et en conséquence neuf manières très différentes d’interagir avec celui-ci. Chacun des neuf styles identifiés à ses dons, ses limitations, ses façons de penser et d’agir. Chaque style privilégie certaines informations et en laisse d’autres de côté, d’une manière inconsciente, se limitant à une version de la réalité bornée par des oeillères.

L’ennéagramme met en lumière ces limites inconscientes qui vont générer des peurs irrationnelles enfouies et une « compulsion », une volonté farouche d’éviter à tout prix ce dont on a peur. Cette compulsion va structurer toute la personnalité, tout le rapport au autres : la manière de se comporter, la manière de communiquer, les attentes, les sources de motivation...

Si on énumère rapidement les différents style en donnant quelques personnalités illustrant chaque profil, on obtient :

- Le type 1 qui évite à tout prix l’erreur et manifeste dans la vie des comportements perfectionnistes,
- Le type 2 qui évite à tout prix de reconnaître ses besoins et manifeste dans la vie des comportements altruistes,
- Le type 3 qui évite à tout prix l’échec et manifeste dans la vie des comportements de battant,
- Le type 4 qui évite à tout prix la banalité et manifeste dans la vie des comportements d’« artiste », de décalé,
- Le type 5 qui évite à tout prix l’envahissement et manifeste dans la vie des comportements d’observateur en retrait du monde,
- Le type 6 qui évite à tout prix de se faire exclure du groupe et manifeste dans la vie des comportements de loyauté et de doute ,
- Le type 7 qui évite à tout prix la souffrance et manifeste dans la vie des comportements de bon vivant et d’original,
- Le type 8 qui évite à tout prix la faiblesse et manifeste dans la vie des comportements de leader combatif ,
- le type 9 qui évite à tout prix le conflit et manifeste dans la vie des comportements de médiateur.

En soi, cette connaissance serait déjà suffisante pour améliorer considérablement sa manière de communiquer avec chacun en connaissant sa vision du monde, son mode de discours, ses leviers de motivation. Mais l’ennéagramme serait dans ce cas simplement un outil statique, très puissant car mettant à jour des moteurs inconscients mais statique. Or l’ennéagramme est dynamique, et c’est cela qui fait la différence dans un monde professionnel qui bouge en permanence.

Les neuf points décrits plus hauts se positionnent sur un dessin particulier ou chaque point est relié aux autres par des flêches.

Ces flèches expriment un lien profond existant entre les divers types. Ainsi, en situation de stress profond, quand tout va mal, un type donné a-t-il tendance à exprimer les caractéristiques négatives du type situé le long des flèches dans le « sens du courant ».

Le type 1 se met à déprimer à la façon du 4, le type 5 se met à devenir superficiel à la façon du 7, etc...

Quand tout va bien ou que le stress est bien géré, un type aura par contre tendance à « remonter le courant » pour exprimer le positif du type en amont.

Le type 1 exprimera la joie de vivre du type 7, le type 5 sortira de sa réserve et s’impliquera dans le monde comme un 8.
On dispose là d’une précieuse grille de décodage pour comprendre les dynamiques en jeu dans les situations de management et aussi de négociation, chaque type ayant sa « vision du monde » quand à ce qu’est une négociation réussie (par exemple, le type 3 sera satisfait de gagner alors que le type 9 sera satisfait qu’on ait atteint une harmonie...).

On aura compris qu’introduire la grille de lecture qu’est l’ennéagramme dans ses pratiques de management, c’est faire un saut quantique dans la compréhension de ce qui se joue inconsciemment dans l’échange et par conséquent dans l’efficacité de son action.

Découvrir et utiliser l’ennéagramme, c’est une aventure dans laquelle on apprend à mieux se connaître pour être plus efficace et apporter des améliorations significatives dans son management, permettant d’exprimer pleinement sa différence et d’affirmer sa puissance personnelle. En comprenant les mécanismes sous-jacents aux comportements humains, on apprend à se faire confiance à soi-même et aux autres, pour ensuite utiliser ce savoir-faire pour mieux aider les autres à exprimer leur potentiel et construire des relations dans l’équilibre et l’harmonie.

L’être humain n’est pas une mécanique déterminée uniquement par une conscience qui contrôlerait tout, et c’est ce qui fait sa richesse et le rend humain. Il est bien plus riche, d’une richesse qui est à découvrir.
Sur ce chemin l’ennéagramme est résolument un modèle de choix.

vendredi 25 juillet 2008 , par Jean-Philippe Vidal

Articles qui peuvent vous intéresser


Administratrice du site : Fanny Sylvestre

Videos massage

voir tous les massages en vidéo
radio zen, des musiques de relaxation pour accompagner vos massages